Tag Archives: el desdichado

El Desdichado: le poème Q de Gérard de Nerval

25 Juin

gérard nerval desdichado porno

Je te vois, coquine, derrière ton écran… gérard_de_nerval@sexyhot.xxx

El Desdischado: le déchu, le désenchanté, peu importe comment Gérard de Nerval a voulu concevoir son poème – le plus magnifique poème de tous les temps. On ne peut nier qu’il ait une dimension sexuelle incommensurable. Chaque mot est ici choisi pour faire référence à un moment sexuel et même la construction évoque une relation: on commence par parler veuvage pour terminer sur des cris et des soupirs après avoir bien modulé la lyre.

La preuve en images: magnéto, Serge !

Je suis le ténébreux, – le veuf, – l’inconsolé,
Le prince d’Aquitaine à la tour abolie
Ma seule étoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie.

Bon, là ça me paraît clair: il ne bande plus. (Le veuf… la Tour abolie: faut-il vraiment vous décrypter le symbole de la tour abolie ?)

Dans la nuit du tombeau, toi qui m’as consolé,

Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,

La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,

Et la treille où le pampre à la rose s’allie.

Ah, il bande encore ! La mer d’Italie: en psychanalyse, on explique aux patients que toute étendue d’eau renvoie à la femme dans son aspect sexuel. Quant au Pausilippe, c’est une colline: après la tour abolie, il cherche la colline. Edifiant.

Suis-je Amour ou Phébus ? … Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la reine ;
J’ai rêvé dans la grotte où nage la sirène…

Il hésite entre deux figures de l’amour, son front est rouge des baisers reçus (oui, c’est ça, on va dire que c’est son front…) et il a plongé dans la grotte (plongé dans la grotte=pénétration pour ceux qui n’auraient toujours pas compris. La grotte est le sexe féminin et la plongée, l’acte d’y entrer) Au cas où ça ne soit pas clair, il précise: la grotte où nage la sirène, l’un des symboles sexuels les plus forts de la mythologie et des contes.


Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron ;

Gérard de Nerval signifie à son lecteur qu’il a éjaculé deux fois. (vainqueur… traversée: renvoie au voyage évoqué plus haut avec la grotte, la sirène, tout ça)
Modulant tout à tour sur la lyre d’Orphée

Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée: une bien jolie manière d’évoquer les manipulations physiques auxquelles il s’est livré avec sa partenaire.


Les soupirs de la sainte et les cris de la fée.

Dans quelles circonstances une femme passe-t-elle de sainte à fée, et alterne-t-elle les cris et les soupirs…? Le poète est ravi d’avoir été vainqueur et d’avoir fait crier sa douce.

Gérard de Nerval.

Les Chimères (1854)